Bienvenue 
sur le site en construction

Comment contribuer ?

La Fondation Anako œuvre activement à la constitution et à la sauvegardes des mémoires audiovisuelles derniers chasseurs-cueilleurs itinérants, peuples d’éleveurs nomades, ethnies minoritaires et premières nations.

Festival ANAKO 2019

 La 5e édition du Festival Anako se prépare. 
En 2019, il aura pour principale thématique, les peuples nomades.
Un appel à films est lancé dès à présent.  

Les bourses de la mémoire

Les bourses Anako sont  destinées à encourager et à soutenir les initiatives visant à sauvegarder les mémoires et les cultures des derniers peuples de tradition orale.

Tournée de conférence

Peuples des
mers du sud  

A Gérardmer et en Suisse
cet automne 2018

Dates et lieux

Nos actions

Pour constituer une mémoire des peuples racines, la Fondation Anako met en place des programmes de terrain avec les communautés autochtones et assure la collecte, la numérisation et la conservation des mémoires audiovisuelles des peuples les plus menacés de la famille humaine.
Une mémoire pour les Pygmées Aka du Congo Brazzaville

Orel Eta, passionné par la culture des Pygmées Aka qui habitent les forêts de son pays, le Congo Brazzaville se consacre à mieux faire connaître la culture et le mode de vie des derniers peuples de la forêt équatoriale à travers le musée qu’il a créé à Brazzaville et le groupe Ndima qui promeut les chants polyphoniques, des danses et musiques pygmées.

Garder la mémoire des derniers animistes du Nagaland

Le Nagaland et l’Arunachal Pradesh sont deux états du Nord Est de l’Inde qui sont restés strictement interdits aux visiteurs extérieurs jusqu’au début des
Ils sont peuplés majoritairement d’ethnies montagnardes tibétaines, sino tibétaines ou tibéto birmanes dont certaines comme les Wangsho Naga ou les Apa Tani ont su préserver jusqu’à nos jours leur spiritualité animiste, leurs traditions orales et leurs riches patrimoines culturels.2000.

Les Mentawaï de l’île de Sibérut en Indonésie enregistrent leur culture

Les Mentawai, communément appelé, « les hommes fleurs » habitent un petit archipel au large des côtes de la grand île de Sumatra.
Menacés par les déforestation, le prosélytisme et par le tourisme de masse, cette petite société traditionnelle voit ses liens à la tradition et à la spiritualité coupés les uns après les autres.