Les films

Les dernières productions

 

Noubas, une mémoire africaine

En 1978, deux jeunes explorateurs Suisse, Eliane et Pierre et Dubois,  partent explorer les monts Kordofan au Soudan sur les traces de la controversée cinéaste allemande, auteure des Jeux du Stade en 1936, Leni Riffenstahl et surtout de l’ethnologue qui étudia les Nouba, Georges Rodger.

Ils y découvrent des rituels étonnants de fécondité, d’initiation ou de séduction, d’impressionnantes luttes aux bracelets tranchants, des confrontations rituelles entre villages voisins, des cérémonies qui vouent un véritable culte à la beauté des femmes et des hommes.

Ils réalisent alors le premier grand film documentaire jamais tourné sur ce peuple si mystérieux et fascinant de beauté mais aussi le dernier car, au fil des trente dernières années, la riche culture des Nouba s’est éteinte inexorablement, malmenée par le régime soudanais, le prosélytisme islamique et les guerres du Darfour et du Sud Soudan. 

Qui était les Nouba ? Que sont-ils devenus ? 

Même si les portes de la connaissance se sont, du fait des guerres et des aléas de l’histoire, refermées sur l’univers fascinant des Nouba, le film nous invite à découvrir, à travers les images et les témoignages d’hier et d’aujourd’hui, ce peuple extraordinaire qui a marqué d’un sceau indélébile la grande histoire de l’humanité.

Ce film unique sur les Nouba, leur quotidien et leur riche culture, est aujourd’hui une mémoire inestimable pour les descendants de ce peuple fascinant et pour l’humanité toute entière.


Géants du haut-Nil

Le grand Nil a de tous temps été un fleuve mythique. Ses berges ont abrité les grandes civilisations pharaoniques, mais aussi, là où le Nil se perd dans les plus grands marécages du monde, de fascinantes sociétés d’éleveurs nomades nilotiques, les géants du Haut-nil.

C’est dans les murs du XIVe siècle du château de Verrière, où il a installé l’ethno musée de la Fondation Anako, que Patrick Bernard nous raconte le quotidien et les traditions des géants du Haut-Nil, réveillant les souvenirs de sa propre expérience quant, il y a 36 ans, il a mis ses pas dans les leurs pour les accompagner au fil de leurs longues transhumances à travers le Souddoud, les grands marécages du Haut- Nil.

Les images qu’il a tournées au cours d’une longue expédition de 9 mois en 1980 et 81 et les images tournées quelques années plus tard par Christian Monty éclairent le téléspectateur d’un regard nouveau sur ce que furent il y a plus de trente ans les dernières tribus nomades de ces marges du monde.

Au lendemain des guerres fratricides et interminables qui ont meurtris les peuples d’éleveurs nomades du Haut-Nil, Patrick Bernard nous livre ici l’un des carnets de voyages africains qui ont le plus compté dans sa vie et ses engagements aux côtés des sociétés tribales en voie d’extinction sur l’autel de la globalisation des peuples et de leurs différences culturelles.
Il nous fait découvrir l’homme racine dans ce que fut son son absence de matérialisme et sa relation privilégiée à la nature et son milieu.


 

Le catalogue de la Fondation ANAKO

 

Le catalogue 2017-2018
des films de la Fondation ANAKO.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Les films mémoires

 

 

 


Les voix de l’oubli

 

 


les films jeunesse